O. J. décembre 2016 : ça m’a fait réfléchir.

Le secondaire 2 a été très « rock’n roll ». Tu as commencé à te mutiler, à prendre de la drogue et à mettre de côté l’école. Ta mère t’a envoyée consulter pour apprendre que tu étais dépressive suicidaire. Ton secondaire 2 et 3 étaient l’enfer. En secondaire 4, tu regardais tes amies et ne comprenais pas pourquoi elles étaient minces et pas toi. Pourtant, tu es mince. Tu es tombée dans l’anorexie. Tu regardais des magasines et pleurais. Tu te détestais et voulais être aimée. La publicité t’a tellement transformée en quelqu’un [d’autre], tu étais maigre comme un pou et tentais de ressembler aux femmes des magasines. Tu es tombée en amour avec un gars qui ne t’aimait pas et a fini par t’agresser. Tu as décidé de tout abandonner. Première tentative de suicide. Fin du secondaire, enfin.

Cet été, le cégep te stressait tellement, tu […] accumulais les crises de panique. […] Dans le cours de philosophie, tu as appris à quel point le monde est manipulateur, manipulé et naïf. […] tu as réalisé que tu vivais pour les autres alors que l’on doit vivre pour soi. Tu as appris à mieux analyser ce que les gens te disaient, exercer ta pensée critique […] que tu étais entourée de sophismes de tout genre. Ton frère utilisait la pente fatale et le chantage affectif lorsqu’il te disait : « Je vais me tuer à cause que t’es une conne qui se fout de moi. » Tes amies utilisaient plus l’attaque à la personne et le chantage émotif : « Ostie que t’es laide. » ou « Es-tu ma vraie amie? »

[…] Ta vie était basée sur de fausses définitions de ce qu’est l’amour et l’amitié. Tu ne savais plus quoi penser car tout ce que tu croyais bon dans ta vie s’est révélé totalement faux et mauvais pour toi. Maintenant par contre tu es capable de mieux t’exprimer et mieux te faire comprendre. Le cours de philo t’a fait vieillir. Tu as arrêté de fumer et de te mutiler car ta vision des choses a changée. Tu as arrêté de vouloir plaire aux autres et tu as travaillé fort pour te plaire à toi. […] Tu es devenue une meilleure personne, beaucoup plus à l’écoute de soi.