Thanh D.
	Une fois lorsqu’on me préparait pour aller au lit, j’ai enfilé un gros t-shirt à mon père et je suis allée me coucher sur le lit, 
du côté de mon père. Ma mère m’a demandé ce que je faisais et j’ai répondu que j’étais comme mon père et que maintenant 
elle pouvait me laisser dormir avec elle. 

Mathilde B.
	En secondaire 1, […]il n’y avait pas une seule journée où j’allais à l’école sans que mes cheveux ne soient aplatis. 
[…] De plus, je me maquillais […] Je faisait cela chaque matin, mais pas pour moi, mais pour l’image que je donnais aux autres. 
Je continuais car les étudiants me complimentaient.

Arianne B. 
	En sixième année, il y avait une nouvelle élève qui [devint] une de mes meilleures amies. 
Un jour, elle m’a dit que je devrais essayer de changer de look pour que je sois plus belle aux yeux des autres 
et qu’ils puissent m’aimer d’avantage pour celle que je suis réellement. […]
	En fait, j’ai fait ça pour un garçon en particulier. Pour lui plaire, j’ai commencé à me maquiller et à porter 
des vêtements à la mode […] la fille m’a garanti que ça fonctionnerait et elle me mettait beaucoup de pression pour 
que j’ai l’air de sortir d’une publicité. […] Le pire, c’est qu’un jour ce garçon est venu me voir et m’a demandé 
pourquoi je m’arrangeais [ainsi] et m’a dit que j’étais beaucoup mieux avant.
	[…] Désormais lorsque je ma maquille ou que je m’habille différemment, je le fais pour moi et pour 
me trouver belle avant tout.

Sandrine P.
	Lorsque j’étais en secondaire 1, je voulais être populaire alors je suis allé vers une gang « cool ». 
[…]Je voulais absolument les imiter. Un jour, durant un examen, j’ai remarqué qu’une personne de la gang trichait. 
Je la trouvais rebelle de faire ça alors je me suis mise à tricher aussi en sachant que ce n’était pas bon […] 
Heureusement, je ne me suis pas fait prendre et j’ai été admise dans la gang… que j’ai quittée deux mois plus tard.

 

 

Comments are closed.