Dis-moi qui je suis, de Florence M.

J’ai commencé à m’affirmer et à montrer ma vraie personnalité en secondaire 4 seulement. [tout au long du secondaire], je me tenais un groupe de 4 gars et 2 filles. Nous étions appréciés de tout le monde, mais je ne me sentais pas bien en leur compagnie. Ce que les gens ne savaient pas, c’est que les garçons insultaient régulièrement les filles et celles-ci les laissaient faire tout ce qu’ils voulaient d’elles.

Moi, j’avais un gros caractère, une forte personnalité et ça me répugnait de les voir agir de la sorte. Je voulais partir, laisser aller ma personnalité colorée et ne plus imiter ces filles qui ne me ressemblaient tellement pas […] J’avais peur de me retrouver seule et que personne ne m’aime si je montrais qui j’étais vraiment, parce que les filles qui « pognaient » étaient celles qui se ressemblaient toutes et se laissaient faire.

Raser ou pas?, de Adriana C.

C’était au début de la session. J’étais dans la cafète et j’entendais des gars se disputer avec des filles à côté de moi. Les gars s’exprimaient très fort en disant que les filles devaient se raser car sinon c’était considéré comme malpropre ou mal vu […]. Les filles se faisaient toujours couper la parole […] ont finalement réussi à dire que c’était leur corps et que si elles ne voulaient pas se raser, elles n’étaient aucunement obligées. Les gars ont continué à dire qu’aucun gars n’accepterait d’être avec une femme poilue et que c’était dégueulasse juste d’y penser.

[…]Je ne pouvais pas croire ce que j’entendais. J’étais tellement surprise que les gars [aient le culot de] dire quelque chose comme ça aux filles. Ils n’avaient aucun respect pour elles, et moi, en tant que fille, j’étais dégoûtée par le fait que ces gars ne respectaient pas la chance de la nature de la femme.

 

Comments are closed.