1. Une présentation de l’histoire du développement de la conscience et du savoir en philosophie.
  2. Une synthèse globale (que manifeste l’organisation de la série et de chaque livre) plutôt qu’un tas d’informations aisément accessibles ailleurs en d’excellentes synthèses.
  3. Les acquis liés à la formation fondamentale sont intégrés comme objectifs dans le contenu, et non comme une fin qui organise le découpage du texte.
  4. Les exemples doivent être liés à la vie présente et à celle de l’élève, et non illustrés dans des textes souvent mal conçus pour le « lecteur » contemporain dont l’organe intérieur de lecture est en train de s’industrialiser à des millions de lectures.
  5. La lecture des livres (selon le cours) est fondamentale. Je ne suis pas qu’un prof, je suis un philosophe, du moins de mon vivant. J’y investis toute ma vie. J’ai voulu cet enseignement accessible à un large public. Chaque volume contient deux à trois fois plus d’informations qu’un manuel plus épais (avec ses bandes blanches et photos, une présentation désuète).
 

Comments are closed.